Sauvazine

Un blog qui parle de voyages, d’expositions, d’événements culturels en France et à l’étranger, de découvertes en tout genre avec aussi une rubrique pochette surprise qui me permet de vous parler d’une thématique particulière ou d’aborder un sujet qui me tient à coeur.

J’aime présenter mes voyages sous forme d’une journée parfaite. Les créneaux horaires permettent de rythmer mon récit et de parler de tout, restaurants, visites, musées, soirées, clubs. Parfois un cityguide complète l’article et je vous donne toutes mes bonnes adresses. Je vous partage mes coup de coeurs, mes rencontres, les mythes et légendes des lieux où je passe.
J’espère que ce blog vous plaira, n’hésitez pas à laisser un petit mot et de suivre sur facebook, twitter ou instagram.

Catégories

Pages

Une journée à Brooklyn – New York

 

Après Halloween et avant de vous parler de Manhattan, voici une journée à Brooklyn, mon borough préféré de New York !
Que faire à Brooklyn ? Une multitude de choses puisque cet arrondissement comptent des dizaines de quartiers. Impossible de tout visiter, il possède des quartiers très marqué par l’immigration, comme le quartier de Brighton Beach où se trouve la communauté russe ou encore Borought Park avec les juifs orthodoxes. Mais surtout des quartiers connus comme Coney Island ou les nouveaux quartiers en vogue dont je vais vous parler comme Williamsburg et Bushwick.

8h // Prendre la pose

Débuter la journée par une séance photo ? Et pourquoi pas !? Ici dans le quartier de Dumbo, c’est le spot photo de tout New York. Avec un départ au pied du Brooklyn Bridge, l’un des plus vieux ponts suspendus des Etats-Unis, une ballade le long de l’East River pour admirer la skyline (tous les grattes-ciels) et terminer avec la célèbre rue qui abrite le Manhattan Bridge en arrière-plan et en observant de plus près vous verrez entre ses pieds l’Empire State Building (voir les photos à la fin de l’article).

Le quartier de DUMBO, qui ne porte pas ce nom en référence au dessin animé de Disney, c’est l’acronyme de « Down Under The Manhattan Bridge Overpass » c’est-à-dire le passage en dessous du pont de Manhattan.

 

10h //  Red hook

Pour venir jusqu’au quartier de Red Hook, pas de métro, ce tout petit quartier à l’écart est accessible via une ligne de bus, en vélo, ou encore un bateau-navette depuis le sud de Manhattan. Un quartier plutôt résidentiel avec des petites pépites à découvrir, un lieu où il faut se perdre pour en admirer toutes les richesse. Par exemple en longeant la baie on aperçoit la Statue de la Liberté face à nous.

Sur les toits des immeubles on peut apercevoir très régulièrement des water tanks, les fameuses citernes d’eau (en attendant de voir sortir la famille des Animaniacs sortir de l’un d’eux) voilà le pourquoi du comment. Installés au sommet des immeubles de plus de six étages pour les alimenter en eau, les citernes sont là pour compenser le système d’alimentation d’eau très ancien (les tuyaux sont trop larges, il faut donc beaucoup de pression pour faire monter l’eau dans les étages). Les citernes servent de soupapes en cas de surpression et éviter aux tuyaux d’exploser et sont accessibles aux pompiers si besoin. On estime entre 10.000 à 15.000 citernes d’eau sur les toits de New York, la plupart sont en bois, mais d’autres sont en verre, en acier, parfois peintes et d’autres réalisé par des artistes comme la citerne en mosaïque de verre réalisé par l’artiste Tom Fruin

 

12h // Spécialité aux fruits de mer

Au milieu de Red Hook, une pause déjeuner s’impose, un arrêt au Brooklyn Crab, un restaurant qui propose des spécialités de fruits de mer mais aussi quelques plats, soupes ou pâtes végétariennes. Copieux et frais, un délice.

 

14h // Dans le coin des hipsters

Début d’après-midi à Williamsburg, le fameux quartier des hispters. Le lieu de naissance de ce mouvement d’individus refusant la culture mainstream qui mêlent vintage et technologie, prônent l’alimentation bio, les vélos (fixie de préférence), la grosse barbe, les tatouages et les fripes et surtout dont personne ne fait partie. Un hispter n’avouera jamais que c’est un hipster.

Sans oublier les boutiques typiques du mouvement hipster, comme Mast Brothers. C’est une marque de chocolat fondé par deux frères 100% hipters (le combo barbe, tatouages, chemise à carreau est respecté à la lettre). Les fèves de cacao sont acheminées en voilier et la torréfaction est faite dans les locaux de la chocolaterie pour limiter au maximum l’empreinte carbone. Personnellement, je trouve qu’il y a autour de ce chocolat beaucoup trop de marketing pour que les intentions de base soient louables…

Un lieu à ne pas louper, The Mini Mall. Cet endroit composé de plusieurs petites enseignes de souvenirs, de créateurs et d’autres gadgets en tout genre est rien que pour la cabine photomaton vintage, il faut pousser les portes de ce lieu.

Le quartier est en pleine évolution, des grandes chaines arrivent en force, Starbuck … et autres… Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle…

 

16h // Pause café

Au lieu de s’arrêter chez Starbuck, on a préféré pousser la porte de Toby’s Estate. Il est rare de trouver un bon à café à New York, si j’ai quelques adresses à conseiller, celle-ci en fait partie. Le café provient du monde entier, Ethiopie, Brésil, Colombie,…  Torréfié sur place, on a le choix entre l’expresso sorti du percolateur ou le « pour over » l’infusion lente du café qui permet de révéler toutes ses saveurs. Une bonne dose de caféine pour les accros comme moi !

 

18h // Dessinons sur les murs

Clairement mon quartier préféré : Bushwick !

Bushwick était encore un quartier peu fréquentable il y a à peine 10 ans. Dans les années 70, c’était l’un des endroits les plus dangereux de New York, violence, drogue, crime, prostitution. Pas vraiment le genre d’endroit que l’on visite… Aujourd’hui c’est le quartier des artistes. Ce sont eux qui ont permis la mutation de ce quartier. Il existe plusieurs collectifs qui « gèrent » les murs de ce quartiers, le plus important étant « The Bushwick Collective » créé par Joe Ficalora.

Passionnée par le street art, j’ai visité ce quartier avec les yeux d’une enfant émerveillée. A chaque coin de rue on découvre une nouvelle fresque, toutes plus colorées les unes que les autres. Certaines sublimes vous stoppent sur  place, d’autres drôles, touchantes ou encore engagés ! Les messages sont forts. Une maîtrise et une exécution parfaite, les artistes sont triés sur le volet, sélectionnés par Joe Ficalora, artiste et fondateur d’un célèbre collectif

Mention spécial pour une artiste française qui a son mur d’expression à Bushwick : Lola, 9 ans ! (ci-dessus à droite) L’enfant est originaire de Roubaix et vit actuellement à Brooklyn. Elle a commencé en 2014, elle avait 6 ans quand elle a été repérée par Joe Ficalora alors qu’elle essayait un marqueur sur l’un des murs du quartier.

Au milieu de ces créations libres, se cachent aussi des publicités (ici Jameson). Réalisé avec les codes du street art, ces œuvres sont achetées par les grandes marques et se confondent dans le paysage du quartier. Ce sont souvent des œuvres incroyables d’un point de vue création, de loin certaines passent pour des impressions numériques. Plutôt sujet de discordes, l’entreprise Colossal Media qui s’occupe de la régie publicitaire et embauche les artistes se développe de plus en plus, alors que ses publicités sont régulièrement dégradées.

Aujourd’hui la gentrification des quartiers se ressent fortement dans les quartiers de Williamsburg et Bushwick. Ces mouvements de population fait parti de l’évolution des villes, les quartiers évoluent, passant de quartiers malfamés, aux quartiers artistiques et des petits commerces indépendants, avant l’arrivée des entrepreneurs, riches investisseurs et chaines commerciales qui les transforment en quartiers chics aux prix exorbitants. En bref l’embourgeoisement des quartiers populaires. Bushwick sera dans quelques années comme Williamsburg aujourd’hui, et Williamsburg sera… un quartier chic et bourgeois !

 

20h // Repas chez l’incontournable de New York

Le grand classique de New York : un burger chez Shake Shack ! Pour les fans de burgers, c’est l’adresse à ne pas louper, on trouve l’enseigne un peu partout dans la ville. Mention spécial pour le végétarien : Shroom Burger, avec un champignon portobello rôti lentement à feu doux.

22h // Jolie folie

Pour les clubbers, je vous conseille le fief des burners (la communauté du festival du Burning Man, un rêve que j’aimerais réalisé…) : House of Yes ! L’endroit des performances artistiques, de la création, de la folie et de l’amusement, ici il est interdit de dire non…
Je n’en dirais pas plus, je vous laisse voir par vous même ou laisser libre court à votre imagination.

 

Est-ce que tu as vu l’Empire State Bulding ? 

Un diner à l’ancienne au coeur de Williamsburg
 

Graffiti avec un style graphique inspiré de Roy lichtenstein. #somuchlove

Petite précision importante : un des fondements du street art est qu’il est éphémère, les œuvres présentent dans les rues changent très régulièrement. Ici, mes photos du quartier de Bushwick ont été prise en automne 2017.

One Comment

Laisser un commentaire